Rapport d’activité 2014 et poursuite des travaux

Le rapport de l’intervention 2014 est terminé et a été déposé auprès de l’Archéologie cantonale valaisanne.

Il est à disposition en téléchargement ICI.

L’association recherche encore 40’000.-, pour effectuer les analyses spécialisées et clore l’étape B et l’étude des secteurs fouillés en 2014. Dans l’idéal, ces travaux devraient être réalisés avant le début de la campagne 2015 qui commencera en juillet.

Pour l’actualité de notre présence dans les médias, vous pouvez podcaster l’émission CQFD de la radio suisse romande du lundi 12 janvier 2015.

Les dates de la campagne 2015 ne sont pas encore définitivement fixées, mais celle-ci est prévue entre le début juillet et la mi-août 2015.

Après le terrain, le laboratoire…

En cette fin d’année, le groupe scientifique travaille à l’élaboration des données de terrain pour la préparation du rapport technique annuel à l’archéologie cantonale.

La restauration du mobilier présentant des risques de détérioration a pu être réalisée avec le soutien des Musées cantonaux du Valais. Nous les remercions chaleureusement pour leur soutien et plus particulièrement Philippe Curdy, conservateur du département Préhistoire et Antiquité.

Les travaux de restauration du mobilier métallique ont été effectués par l’atelier de restauration ConservArt à Sion. Ils ont d’ores et déjà permis de préciser la détermination des objets découverts (Fig. 1 et 2). Ces travaux permettront également la conservation à long terme du matériel mis au jour sur le site et le dessin de celui-ci (Fig. 3).

Figure 1 - Clou de chaussure romain (HA14-054) dans sa gangue de corrosion et de sédiments

Figure 2 - Même clou (HA14-054) après restauration, les globules et la croix à 4 branches caractéristiques des clous tardo-républicains sont clairement visibles

Figure 2 - Même clou (HA14-054) après restauration, les globules et la croix à 4 branches caractéristiques des clous tardo-républicains sont clairement visibles

Figure 3 - Dessin du clou (HA14-054) pour le rapport technique 2014

L’ensemble du mobilier découvert sera remis à l’Archéologie cantonale valaisanne, à la fin de cette année, pour être stocké dans des conditions optimales.

Les 200kg de sédiments rapportés en plaine par l’équipe de terrain, à dos d’homme du site à l’alpage de Boveire d’en-bas, puis en véhicule, ont été tamisés dans le courant du mois d’octobre. Ces travaux ont été réalisés par une petite équipe dans des locaux mis à disposition par l’Archéologie cantonale valaisanne. Un système de tamisage par flottation avec une colonne de tamis de dimensions 0.4 cm, 0.2 cm, 0.1 cm, 0.05 cm 0.025 cm a été utilisé (Fig. 4). Les boues ont été évacuées et les résidus de tamis ont pu être reconditionnés après séchage. Les résidus de tamisage sont principalement constitués de charbons de bois. Quelques petits pois et grains d’orge ont cependant déjà pu être reconnus dans plusieurs prélèvements. Des ossements calcinés de faune et des restes carbonisé non osseux et non charbonneux (résidus alimentaires) ont également pu être isolés.

Figure 4 - Manuel s’affairant à la station de tamisage, système de flottation à gauche, colonne de tamis au centre et bassins de décantation et de pompage à droite

L’ensemble des résidus de tamisage devra être trié à la binoculaire puis sera analysé par des spécialistes. L’association RAMHA bénéficie déjà du soutien du Muséum d’histoire naturelle de Genève par l’intermédiaire de Jacqueline Studer, directrice du département d’archéozoologie, qui effectuera l’étude des os d’animaux. L’association est également en contact avec Christiane Jacquat pour la réalisation d’une étude archéobotanique complète.

Les résultats des tests effectués en 2010 avaient été plus que prometteurs et les prélèvements à disposition en 2014 nous permettront de comparer les faciès alimentaires entre les différents locaux du site. Des comparaison générale entre l’alimentation sur le site et d’autres sites de référence seront également possibles. Ces informations seront capitales pour mettre en évidence les fonctions des différents foyers et locaux.

L’association manque cependant encore de moyens pour réaliser l’entièreté de ces études et celles-ci ne pourront être menées que dès 2015, selon les finances à disposition.

Les datations du mobilier 2014 correspondent à une occupation du site pendant ce que l’on nomme la période tardo-républicaine, entre 50 et 15 avant J.-C. Ce qui semble confirmer nos hypothèses de travail et ferait du Mur (dit) d’Hannibal, le plus haut site avec des niveaux d’occupation de cette période en Europe.

Pour plus d’images sur le déroulement de la campagne 2014, nous vous invitons à visiter nos galeries de photos.

Fin de campagne et début du travail d’étude

La campagne 2014 sur le Mur (dit) d’Hannibal, s’est terminée le jeudi 14 août. L’équipe a redescendu l’ensemble du matériel en deux allers-retours. La base de recherche a été préparée pour l’hiver. Les toits ont été étayés. Les panneaux solaires ont été rabattus et les haubans contrôlés.

Les résultats de cette intervention 2014 ont été au delà de nos espérances et ont permis la mise en évidence de nombreuses nouveautés.

De nouvelles structures et du mobilier ont été découverts. Les moitiés de trois bâtiments, des niveaux d’occupation ainsi que plusieurs foyers ont pu être documentés (Fig. 1). Le parement aval du mur d’enceinte a pu être mis en évidence à un emplacement où ce dernier semblait totalement ruiné et a ainsi pu être restitué (Fig. 2). De la céramique de tradition indigène, des fragments d’outils, de nombreux clous de chaussure et des vestiges d’armement (Fig. 3) ont été récoltés. Quelques objets d’époque moderne ou contemporaine ont également été recueillis.

Figure 1 - Local 3 avec son foyer au premier plan, zone plus noirâtre

Figure 2 - équipe de fouille sur le pan de mur d'enceinte restitué

Figure 3 - Pointe de javeline

Une partie du matériel ayant été découvert à l’extérieur de l’enceinte, lors de prospections, une nouvelle zone d’occupation a pu être définie. Elle sera un secteur particulièrement intéressant pour une intervention (fouille en plan d’un secteur limité) lors d’une campagne à venir.

L’ensemble du mobilier est actuellement en cours d’étude (Fig 4 et 5) et sera présenté dans le cadre du rapport d’intervention 2014. Les sédiments prélevés seront tamisés ces prochaines semaines.

Figure 4 - Talon de lance avant restauration ( ConcervArt 2014 )

Figure 5 - Ecaille d'armure avant restauration ( ConservArt 2014 )

L’objectif principal de cette fin d’année 2014 est la préparation du rapport technique pour l’Archéologie cantonale. Des notices scientifiques seront également réalisées et publiées au plus vite. Le mobilier sera dessiné, étudié et retourné à l’Archéologie cantonale valaisanne pour être stocké dans des conditions optimales.

Les études annexes (micromorphologie, géologie, archéozoologie, carpologie, anthracologie) seront réalisées dans une seconde priorité et selon les moyens à disposition. Cette seconde partie de l’étude est cependant d’une importance primordiale pour augmenter nos connaissances du mode de vie des occupants des lieux et nous permettre de mieux appréhender le contexte et le type d’occupation.

Bilan intermédiaire

Malgré une météo vraiment défavorable durant ce mois de juillet 2014 (6 jours de beau temps et de la neige quasi hebdomadaire), les recherches de terrain n’ont presque pas subi de retards. Nous sommes dans les temps et ceci, principalement grâce à l’installation d’une serre qui nous est mise à disposition par Monsieur  Jean-Charles Tornay, de Saxon. Un grand merci !

La fouille des moitiés des 3 anomalies repérées à la proximité du local 01 touche à sa fin et l’on peut aujourd’hui, sans aucun doute, les renommer « locaux ». Chacune compte au minimum un foyer domestique et est délimitée par un mur en pierre sèche.

Plusieurs tessons de céramique « indigène », un fragment d’outil et un peu moins d’une dizaine de clous de chaussures romains ont été mis en évidence dans ce sondage. Des restes de nourriture (graines carbonisées et os calcinés) ont été observés et des prélèvements de terre ont été effectués pour des études complémentaires.

 

La documentation de l’abri de l’inscription a également été poursuivie. Un grand trou de pillage a malheureusement été mis en évidence directement au pied de la dédicace. Cependant, des restes d’un foyer ont pu être observés dans la moitié ouest de l’espace. Des charbons de bois qui permettront une datation par le radiocarbone de l’occupation de l’abri ainsi que des sédiments y ont été prélevés.

Le mercredi 16 juillet, nous avons reçu la visite d’Yves Balmer, journaliste de Canal 9, et de Jean-François Copt, notre Président. [Lien]

Nous serons encore sur le site jusqu’au 14 août et nous nous ferons un plaisir de faire visiter les lieux aux marcheurs de passage. Organiser une journée portes ouvertes serait un non-sens, au vu de l’instabilité de la météo de ces prochaines semaines. Notre fouille est par contre ouverte tous les jours de semaine et nous nous tenons volontiers à vos dispositions pour vous présenter nos travaux.

Pour vous motiver à nous rendre une petite visite, voilà une photo prise lors d’une montée matinale sur la Pointe des Toules (Sex-Carroz, au-dessus du coude du Rhône et Jura en arrière plan).

 

En 2014, les recherches de terrain reprennent !

Une partie des financements étant assurée, une nouvelle campagne de recherches sera conduite sur le site du Mur (dit) d’Hannibal durant l’été 2014.

Un archéologue et un technicien de fouille diplômé de l’association RAMHA encadreront 4 étudiants (en master ou pouvant justifier d’une expérience de fouille) sur le site. Les interventions seront conduites en partenariat avec l’université de Lausanne et planifiées en collaboration avec l’Archéologie cantonale valaisanne.

La logistique est d’ores et déjà assurée et les détails du programme de recherche archéologique seront discutés ces prochaines semaines avec nos partenaires.

Nous pourrons vous transmettre de plus amples informations sur nos objectifs 2014, dès que notre plan directeur sera validé.

Durant la campagne de terrain, nous vous tiendrons régulièrement au courant de l’avancée des travaux au travers de cette page d’information.

La campagne de recherche de financement de notre projet global sur 5 ans se poursuit et je vous invite à visiter nos dossiers mis à jour sur la page « Nos documents ».