Bilan 2018 et perspectives pour le début 2019

Le terrain 2018

Une équipe de bénévoles RAMHA, en collaboration avec l’archéologie cantonale valaisanne et la Soprintendenza per i beni e le attività culturali de la Regione Autonoma Valle d’Aosta, a pu explorer plusieurs secteurs inédits lors de la campagne de recherches 2018. Les interventions, de un à deux jours, se sont déroulées sur quatre sites. Deux positions étaient situées en Valais (Mont Carré, Plan de Tcholeire), une se trouvait sur la frontière entre le Valais et la Vallée d’Aoste (plateau oriental du Col ouest de Barasson) et la dernière était en Vallée d’Aoste (Punta Fetita).

L’étude préliminaire du site de Punta Fetita (topographie, relevé 3D par drone, documentation et sondages) a donné des résultats très encourageants et les caractéristiques de ce site, déjà mentionné sur un article de 2016 de https://www.andarpersassi.it, sont très similaires à celles du Mur (dit) d’Hannibal : une enceinte fortifiée contre à-pic de plus de 260m, plus d’une trentaine de fondations de cabanes, du matériel tardo-républicain ainsi que de la céramique de tradition indigène,… 

Fig. 1 - Recherches communes entre l’équipe de la Soprintendenza ai Beni e Attività Culturali et le groupe de recherches RAMHA, travaux de documentation, Punta Fetita, © RAMHA, août 2018.

Ces interventions ont permis de resserrer les liens avec les collègues valdôtains et laissent envisager de futures collaborations, aussi bien sur le terrain, dans des domaines techniques, que pour des études spécifiques. Ce qui sera d’une grande importance pour une meilleure compréhension du Mur (dit) d’Hannibal et des événements dans lesquels, il s’inscrit. Ces collaborations transfrontalières pourraient aussi permettre de d’envisager un projet plus large à l’échelle alpine.

Les colloques 2018

Après une présentation à la Roman Archaeology Conference d’Edimbourg en avril, l’équipe RAMHA a eu l’occasion de présenter ses résultats et pistes de recherches lors de deux colloques en octobre. Une communication a été présentée dans le cadre d’un colloque inter-pyrénéen en Cerdagne (Catalogne) et un poster a été exposé au Colloque des Alpes qui s’est tenu à St-Gervais en Haute-Savoie. Ce dernier travail, qui bénéficie des nouvelles recherches communes avec les collègues valdôtains, a permis de développer les réflexions au niveau régional et d’en mieux évaluer les implications pour une interprétation historique des résultats. Le site https://www.andarpersassi.it ainsi que les échanges menés en 2018 ont largement contribué à ces réflexions.

Les accueils offerts à ces présentations ont été très positifs et elles donneront lieu à des publications en 2019-2020.

La table ronde de janvier 2019 

Les 17 et 18 janvier 2019, une table ronde s’est tenue à Liddes avec pour objectif de préparer au mieux la publication des études menées sur le site du Mur (dit) d’Hannibal. 

Chaque chercheur ou groupe de chercheurs ayant participé au projet (archéologue, géologue, historien, palynologue, anthracologue, carpologue, archéozoologue, spécialiste de sciences criminelles,…) y a présenté ses résultats préliminaires de manière à mettre à niveau les connaissances des autres participants avant d’entrer dans la finalisation des études et dans la rédaction en vue de la publication de la monographie de site. Des discussions ont ponctué les présentations et ont permis à chacun de s’exprimer. 

L’idée était également de sortir de sa zone de confort en se confrontant aux résultats des autres et des experts, externes au projet, ont également été invités pour jouer les critiques, les avocats du diable et commenter les travaux. Une délégation de collègues valdôtains était également présente.

Un travail de mémoire de Master pour valoriser ces recherches

Après un travail de mémoire de Master en muséographie, Aurélia Basterrechea réalisera en 2019 un second travail de mémoire en archéologie avec pour sujet, la valorisation des découvertes réalisées dans le cadre du projet RAMHA. Ce travail sera d’une grande importance pour la dernière phase de notre projet et pourra servir de feuille de route pour une mise en œuvre.

Tout un chacun pourra ainsi enfin profiter des années de recherches menées sur le Mur (dit) d’Hannibal…