Hommage à Théo Lattion

Notre membre et ami, Théo Lattion, vient d’entrer dans sa 100ème année ce printemps et que dire si ce n’est mon admiration pour l’homme et son œuvre. Théo peut, je le crois sans honte, être qualifié de Mémoire régionale. Une mémoire que nous sommes nombreux à la lui envier…

Historien autodidacte, Théo est le « Précurseur » et même le père, au 20ème siècle des premières recherches sur le Mur (dit) d’Hannibal. Attentif, curieux, passionné, il nous livre en 1983 ses Réflexions à propos du « Mur d’Annibal ». Ces travaux constituent le premier document d’étude du site.

L’incroyable richesse que Théo nous offre, c’est la pérennisation de la mémoire par l’écrit,  au travers de ses livres mais également par ses travaux de documentation et d’archivage de la petite Histoire locale.

Merci Théo pour tout ce que tu nous offres par amitié et par passion pour ta région.

Tous mes meilleurs vœux.

Romain Andenmatten

Pour marquer le coup, nous avons mis sur notre galerie photographique des photos de la visite sur le site, du chanoine Lucien Quaglia, de Théo et de sa fille Solange, le 7 août 1979. Ces photographies du lieu sont les plus anciennes en notre possession et nous remercions chaleureusement Théo Lattion et Solange Bornet-Lattion qui nous les ont mises à disposition et nous ont donné l’autorisation d’en faire usage.

Message du responsable scientifique de RAMHA

Le patrimoine archéologique de montagne en danger

Lorsque l’on parle de pillage archéologique, on pense immédiatement aux vols d’objets de valeur qui ont lieu à l’étranger, et aux problèmes de transferts de biens culturels au niveau international.

Bien plus proche de nous, la prospection sauvage (souvent au moyen de détecteurs de métaux, sans autorisation, sans aucune problématique archéologique et sans notifier les contextes de découverte) fait un massacre sur les sites archéologiques de montagne. Ces sites ne présentent que peu de sédimentation, ce qui met immédiatement en danger les couches archéologiques en place et les objets datants qui pourraient s’y trouver (des objets souvent métalliques).

En ce mois de juillet 2012, le Mur (dit) d’Hannibal a malheureusement été la cible de prospecteurs qui y ont effectué plusieurs sondages illicites. Ces personnes ont retourné le terrain sur plusieurs dizaines de centimètres de profondeur et à au moins un endroit sur près d’¼ de m2. Ces destructions semblent même avoir été planifiées à l’aide de l’article publié sur nos recherches dans l’Annuaire d’Archéologie Suisse en juin 2011, de par les emplacements choisis par les détectoristes.

Que dire sinon notre douleur, notre incompréhension et notre impuissance devant cet acte. En Valais la prospection est interdite avec quelque moyen que ce soit sur l’ensemble du territoire sans une autorisation spéciale de l’archéologie cantonale. Sur un site classé en zone archéologique, où un projet de recherche est en cours et où les rares objets datants découverts sont en métal, c’est plus qu’un gâchis, c’est tout simplement criminel…

Il est possible que les pillards n’aient pas découvert d’objets d’intérêt car le site est parsemé d’éclats d’obus. Ils ont cependant détruit des niveaux archéologiques en place qui peuvent se trouver à moins d’une dizaine de centimètres de la surface et contenir des éléments datants ou portant d’autres informations dont des vestiges non-métalliques.

Ces personnes spolient voire détruisent un bien commun et nous en appelons à tout un chacun pour nous aider dans la protection de ce patrimoine en danger qui seul nous permettra de mieux connaître le passé de la région.

Message de bienvenue

  • Replica Uhren
  • Replica Uhren
  • Replica Uhren
  • replique montre
  • replique montre
  • Relojes Especiales
  • replique montre
  • Nike Air Max pas cher
  • New Balance pas cher
  • replique montre
  • orologi replica
  • Bienvenue sur le site de l’association de soutien aux Recherches Archéologiques du Mur (dit) d’Hannibal (RAMHA).

    Dans la région du Grand-Saint-Bernard, au-dessus du village de Liddes (Valais/Suisse), à une altitude de 2650m, se trouve perché un site archéologique de grand intérêt pour les Alpes. Un projet de recherche fondamentale y a été développé de 2006 à 2010 avec les soutiens de différents organismes privés et publics.

    Nous pouvons aujourd’hui proposer quelques interprétations pour cet établissement mais de nombreuses questions restent en suspend et seules de nouvelles interventions sur le terrain permettront d’y répondre. Les implications régionales et historiques de ces découvertes pourront assurément être mesurées au terme de plusieurs campagnes.

    Comme ce site est périodiquement mis à jour, n’hésitez pas à revenir le visiter fréquemment.