Bilan de la campagne 2015 sur le Mur (dit) d’Hannibal

Si la campagne de terrain 2015 s’est déroulée dans d’excellentes conditions météorologiques et a été très riches en nouvelles informations et surprises, nous ne pouvons oublier une bien triste nouvelle.

Théo Lattion, notre doyen et le précurseur de nos recherches, s’en est allé à l’âge de 102 ans pendant nos travaux. Sans lui, nous ne serions pas où nous sommes et c’est une partie de la mémoire d’une région qui nous a quitté. Quelle chance que d’avoir pu te connaître et d’avoir pu passer des moments en ta compagnie.

Si l’un de tes plaisirs était de suivre l’avancée de nos recherches, nous ne pouvons que te les dédier.

Fig. 1 - Théo Lattion sur le Mur d’Hannibal en compagnie du chanoine Lucien Quaglia, le 7 août 1979 (photo Solange Lattion).

En 2015, nos recherches nous ont mené à l’extérieur du mur d’enceinte principal.

Sur un promontoire au sud de la position, nous avons pu observer plus d’une dizaine de foyers.

La documentation de surface des zones extérieurs du site a également été complétée. Le nombre d’aménagements documentés (abri sous bloc et fonds de cabane) dans les secteurs périphériques a ainsi été doublé.

Un petit barrage, aménagé sur le point d’eau du site, a également été repéré. Il ne peut malheureusement pas être daté mais constitue une infrastructure très intéressante.

Un sondage à l’intérieur de l’enceinte a également livré le plus imposant bâtiment documenté jusqu’à aujourd’hui sur le site. Ses dimensions intérieures de 6.5m par 2.5m sont plutôt un standard de plus basse altitude. Plusieurs niveaux d’occupation et du mobilier ont pu y être étudiés.

Nous avons également eu la chance d’être à nouveau soutenus par Archéotech SA qui a effectué plusieurs vols drone pour augmenter la qualité de nos relevés généraux. Ceci nous offre un incroyable outil pour la documentation du site et, à terme, pour sa mise ne valeur.

Fig. 2 - Vue générale du modèle 3D général du Mur (dit) d’Hannibal d’après le relevé drone 2015 (Archéotech SA).

Cette année a également été marquée par des collaborations interdisciplinaires.

Le géologue Michel Guélat a accompagné l’équipe de terrain pendant une semaine et réalisé la cartographie géomorphologique et géologique du site. Une collaboration avec l’institut d’étude des plantes de l’université de Berne est également entrain de se mettre en place. Cette étude permettra d’intégrer le site étudié dans un contexte paléo environnemental local et régional.

Les découvertes 2015 renforcent en partie notre hypothèse de travail principale. Le site aurait d’abord été aménagé par des indigènes avant d’être réoccupé par des militaires romains pendant la période tardo-républicaine (écailles d’armure, bague, armement offensif, clous de chaussure,…). L’occupation indigène reste cependant encore difficile à caractériser sur le terrain ou par le mobilier.

Fig. 3 - Grande serpe en fer avec fragment de hampe en bois (RAMHA 2015).

La mise en évidence d’une monnaie du IIIe siècle après J.-C. et de clous de chaussures romains de petite dimension est également une nouveauté de la campagne 2015. Le site n’a donc pas été oublié après les événements du premier siècle avant J.-C. et il a probablement continué d’être un lieu ponctuel de passage.

La rédaction du rapport d’intervention 2015 est en cours. Ce document présentera non seulement les nouvelles zones de fouilles mais également l’ensemble du matériel retrouvé et étudié.

Le Mur (dit) d’Hannibal n’a pas livré l’ensemble de ses secrets et ne les livrera probablement jamais. Il se laisse cependant apprivoiser au fil des campagnes et nos travaux permettent chaque année de lever un peu plus le voile sur cette extraordinaire occupation.

Après de si fructueuses campagnes 2014 et 2015, notre dernière campagne sur le site en 2016 s’annonce passionnante.